Archives de mot-clé : femme

Les femmes et l’Église : une très, très, très lente évolution

Dans l’Église catholique romaine, le pouvoir est exclusivement entre les mains de ceux qui ont reçu le sacrement de l’ordre. Le pouvoir dont il est question est doctrinal, administratif, financier, liturgique, etc. Le pouvoir, c’est la capacité de fixer les orientations, d’interpréter le passé, de planifier l’avenir, de gérer le présent, etc. Or plusieurs grandes décisions récentes de l’Église ont été prises à l’encontre des femmes. Le problème n’est pas chrétien, il est catholique. Ce problème est-il insoluble ?

Le christianisme a contribué à la promotion du statut de la femme au fil des siècles, notamment en combattant l’excision et les mariages forcés comme un dossier de la revue Codex d’hiver 2018 le met en lumière.  Mais, l’Église catholique refuse toujours avec obstination d’accorder à la femme un rôle dans un ministère. C’es du moins ce que confirmait Mgr Ladaria dans l’Osservatore Romano en assimilant le refus de l’accès au sacrement de l’ordre aux femmes dans l’Église catholique à un commandement (sic) de Jésus-Christ. Pour Jean-Pierre Proulx, la déclaration de Mgr Ladaria est une proclamation d’hérésie. Il souligne que Mary Irwin Gibson est, depuis 2015, archevêque… anglicane de Montréal.

Il faut dire que l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium du pape François, bien qu’équivoque sur le statut de la femme, était claire sur le refus traditionnel de l’accès à la prêtrise. En effet, s’il n’est pas possible d’être prêtre, évêque, cardinal ou pape, comment peut-on appliquer la résolution :

Parce que « le génie féminin est nécessaire dans toutes les expressions de la vie sociale; par conséquent, la présence des femmes dans le secteur du travail aussi doit être garantie » et dans les divers lieux où sont prises des décisions importantes, aussi bien dans l’Église que dans les structures sociales.

Le désert algérien

Dans un article de la revue Esprit de février 2010, Catherine Gremion signale que les plus graves décisions qui ont entraîné la désaffection des fidèles ont été prises à l’égard des femmes. Humanae Vitae n’a pas été la moindre. Le dernier Synode sur la famille de 2015 ne fait que confirmer ce constat de l’absence des femmes qui ne sont pas consultées sur des questions qui les touchent directement. D’autre part, l’utilisation de l’expression « génie féminin » qui a été reprise dans des le libellé des statuts de du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie n’est pas sans laisser perplexe les organisations de femmes concernées.

Par ailleurs, en 2008, Rick van Lier estimait à 14 000, le nombre de membres de communautés religieuses au Québec alors qu’il était de 60 000 en 1961. En 2018, la Conférence religieuse canadienne estime à environ 8 500, ce nombre de membres. Il n’est pas trop téméraire d’affirmer que d’ici quinze ans, les communautés religieuses, comme on les connaît aujourd’hui, devraient avoir disparues au Québec. Comme environ 80% des membres des communautés sont des femmes, on peut affirmer que le peu d’influence que les femmes exerçaient dans l’église sera évanescent.

En 2015, le Conseil pontifical de la culture s’interroge sur « les femmes qui fuient l’Église ». Selon Lucetta Scaraffia, éditorialiste à l’Osservatore Romano, affirme que « les femmes tiennent l’Église sur pied ».  Il y a lieu de se demander comment l’Église catholique romaine compte relever ce défi qu’évoque la « Joie de l’Évangile » :

C’est un grand défi qui se présente ici aux pasteurs et aux théologiens, qui pourraient aider à mieux reconnaître ce que cela implique par rapport au rôle possible de la femme là où se prennent des décisions importantes, dans les divers milieux de l’Église.

La création du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie ouvre peut-être une porte. Mais, depuis Vatican II, les espoirs déçus ont été fréquents.

De Jérusalem à Jéricho, du Québec à l’Église algérienne

Je n’ai pas passé 40 jours et 40 nuits à traverser le désert, mais parcourir 1 400 km dans le Sahara, du sud au nord ramène à l’essentiel.

Le désert algérien
Le désert algérien

Nous avons voyagé à 3 conducteurs et 4 participants. Durant les 500 derniers kilomètres du parcours initial, il y eut beaucoup de vent charriant du sable, de sorte que la route disparaissait à l’occasion… un peu comme lorsque le vent balaie la neige sur nos routes d’hiver. Ce n’est pas bon pour le filtre à air du moteur, il va sans dire.

Le désert ? Ce sont des paysages changeants : du sable blanc, orange ou même noir, des monticules ou des plateaux, des roches et quelquefois, grâce au miracle de l’eau pompée du sous-sol, des terres cultivées !

Nous avons été « escortés » tout au long du chemin, ou presque, par des jeeps de gendarmes. Ils ont l’avantage de bien connaître le bout de chemin où ils nous accompagnent, et ils ne se contentent pas des « limites » de vitesse habituelles; avec eux, nous avons dû réaliser à l’occasion du 120 à 140 km/h !

La jeep des gendarmes
Le jeep des gendarmes
La vie de tous les jours offre bien des rencontres

Dans sa première intervention, notre théologien accompagnateur, le jésuite Christophe Ravanel, commentait les révisions de notre vie locale les reliant avec la rencontre de Jésus avec Zachée (Lc 19). S’il y a bien des personnes anonymes dans les récits évangéliques, quelques personnages sont mis en relief. La rencontre de Jésus avec Zachée est le symbole de nos rencontres avec les gens de nos milieux de vie. Pour l’Église d’Algérie, la rencontre avec l’autre est essentielle. Par rapport à la foule, dans la rencontre, chacun ou chacune est appelé par son nom.

Tisser des liens
Tisser des liens

Lorsque la rencontre s’approfondit, que les liens se tissent, nous entrons dans une relation où on peut entrer dans le mystère de la personne, avec le partage de son histoire qui est toujours une « histoire sacrée ». Cette histoire nous rappelle que nous n’en sommes pas, pour la plupart, les initiateurs, mais les héritiers. Nous poursuivons du mieux possible une présence déjà amorcée.

Nous n’avons pas souvent la chance de « nommer » la présence de Jésus de façon explicite. Mais les fruits de l’Esprit qui germent de nos rencontres nous la manifestent : la confiance qui nous est donnée à travers les confidences reçues, l’amitié et l’amour ressentis mutuellement, la joie et la paix qui émergent à la fin de nos échanges.

Dans la précarité de nos situations de vie, notre engagement personnel peut devenir un signe d’espérance, un espoir qu’un changement est possible. Nos paroles sont moins fortes que nos actions. Cela exige de nous continuité, ouverture du coeur, apprentissages de toutes sortes. De plus, la durée dans l’engagement transforme peu à peu la perception de l’autre.

Des rencontres en vue d’un dialogue islamo-chrétien

Il peut nous arriver que certaines personnes ou associations nous invitent à un dialogue entre chrétiens et musulmans. Comme l’islam est plus que majoritaire en Algérie, et qu’il est plutôt conservateur et traditionaliste, plusieurs de ces échanges tournent court.

Si on se rend compte que le sujet de la religion est abordé de façon bien souvent stérile, il est plus satisfaisant lorsqu’il permet un échange sur l’expérience personnelle de Dieu, sur les valeurs communes et celles qui nous différencient. Il faut donc savoir faire la différence entre les personnes. Pour tous, en fin de compte, il nous est proposé de maintenir le dialogue au plan de la vie quotidienne, dans le partage de nos expériences et de nos prières pour la paix par exemple.

Vivre dans la société algérienne est une expérience contrastée

L’Algérie est constituée de multiples communautés différenciées : au plan culturel, linguistique, religieux, au sein même de la nation musulmane. Cela peut donner l’impression de silos communautaires posés côte à côte. On a tendance à rester entre soi. Et la loi du groupe, de notre communauté d’appartenance, s’impose encore souvent aux nouvelles générations.

Femmes mozabites
Femmes mozabites à Ghardaïa

Par ailleurs, si le premier accueil en Algérie est globalement favorable, on ressent aussi que des gens n’acceptent pas facilement notre présence chez eux : une certaine indifférence sinon du mépris, et pour des missionnaires venus d’Afrique noire, du racisme latent.

C’est souvent un choc de se sentir « bizarre » au milieu de la foule, comme si quelque chose d’important nous manquait (comme la liberté d’expression, une relation plus égalitaire entre hommes et femmes, un regard positif sur le progrès social, …). Peut-être sommes-nous un peu, dans nos lieux de vie, comme des oasis ou encore des passerelles entre les gens du pays et le monde ?

Cela représente un défi à affronter et nous ramène à la source de notre présence en ce pays : être des témoins vivants de Jésus et de son Évangile. Il ne sera jamais aisé d’accueillir chacun tel qu’il est, avec ses différences. Il n’y a qu’à penser à l’accueil des migrants et réfugiés un peu partout…

Ces réalités de la vie et ces rejets n’ont pas épargné Jésus et ne devraient pas trop nous étonner. C’est plutôt les moments bénis d’hospitalité mutuelle que nous devrions souligner et chérir.

L’Église du Sahara algérien où tout est à construire

Notre Église diocésaine est comme une famille qui s’est récemment renouvelée : il y a plus de jeunes missionnaires présents depuis quelques années, et ils sont davantage de l’Afrique noire. Ces nouvelles arrivées provoquent beaucoup de dynamisme, mais aussi des limites dans l’intégration, et donc des insatisfactions dans le travail pastoral réalisé.

La famille diocésaine de Ghardaïa en avril 2018
La famille diocésaine de Ghardaïa en avril 2018

Rappelons-nous que nous avons avantage à tenter de les dépasser ensemble, et non pas chacun de son côté. N’hésitons pas à demander de l’aide, et profitons de la présence actuelle de l’équipe diocésaine étoffée qui nous anime.

Cette Église compte peu de baptisés, des structures légères où tout est à construire en acceptant que cela prendra du temps, de la patience et de la confiance.

Célébrant la messe chrismale après Pâques afin de profiter de la présence d’une grande partie des agents de pastorale présents à l’assemblée diocésaine, nous constatons que notre vie d’Église connaît peu de repères institutionnels, qu’elle se vit plutôt dans la foi nue, les Eucharisties occasionnelles, en donnant sans compter, sachant que l’Esprit de Dieu fera le reste. Cela nourrit notre rattachement à la grande Église universelle.

Pour durer, nous nous aidons de quelques convictions :

  • accepter d’être soi-même, différent, éviter les critiques faciles ou blessantes, mais toujours chercher à accueillir la culture locale;
  • puisque Jésus n’a pas voulu rester seul, mais il s’est choisi un groupe de disciples, chercher à nous joindre les personnes de bonne volonté que nous côtoyons;
  • prendre le temps de se connaître, de se visiter même, et de connaître l’histoire des lieux où nous vivons;
  • pratiquer le discernement en commun sur un sujet important, en réfléchissant sur le problème soulevé, tenter d’y apporter sa part de solution, et trouver qui pourrait nous aider à avancer;
  • rester proche des pauvres, car ils n’ont rien à perdre mais sont si souvent prêts à donner un coup de main.
Je suis descendu de Jérusalem à Jéricho

Jérusalem, c’est le Québec avec ses temples, ses structures bien huilées, son économie dynamique et sa vie culturelle épanouie. Jéricho, c’est l’Église algérienne, plus souple et légère, plus désertique aussi. Jésus n’y a été que de passage, entre une guérison d’un aveugle qui ne l’a plus lâché jusqu’à reprendre la route vers la ville sainte, et un publicain plutôt méprisé mais habité d’un grand désir de retrouver ses racines en se convertissant radicalement. Je crois me retrouver un peu dans ces deux personnages…

Et vous, où en êtes-vous ? Comment vos rencontres vous habitent-elles ?

Trois femmes nous interrogent « Que faire pour nous apprécier mutuellement ? »

Table ronde avec

  • Sabrina Di Matteo, catholique, directrice de l’Espace Benoît Lacroix, membre de Maria’M (dialogue islamo-chrétien), présidente et chroniqueuse à Présence information Religieuse
  • Amira Boulmerka, musulmane, directrice et fondatrice de l’école musulmane de l’Excellence
  • Louisa Blair, anglicane, membre de la communauté anglicane de la cathédrale Holy Trinity, à Québec

DATE : Mercredi, le 4 avril 2018 à 19h30
ENDROIT : Centre Culture et Foi du Montmartre
1669, chemin Saint-Louis, Québec (Sillery)
Desservi par le circuit d’autobus numéro 25
Stationnement gratuit !
Contribution libre ! Contribution suggérée 10 $

POUR INFORMATION : 418 681-7357, poste 203
Il n’y a pas à s’inscrire à l’avance !

Venez nous visiter à : www.lemontmartre.ca

Harcèlement sexuel en Afrique

Y a-t-il du harcèlement sexuel en Afrique ? Poser la question, c’est y répondre… J’avoue ne pas être des plus compétents pour oser vous en faire part. Aussi ai-je pensé relayer quelques articles qui m’ont informé et même secoué.

« En Afrique, les Weinstein se ramassent à la pelle ! »

Voici d’abord, dans Jeune Afrique, Clarisse Juompan-Yakam qui décrit l’absence de réactions qu’a suscitées en Afrique noire l’affaire Weinstein. C’est assez démoralisant.
Harvey Weinstein

« Alors que le scandale déclenché par l’affaire du producteur américain se répercute dans le monde entier – via le hastag #MeToo, notamment -, les Africaines n’ont pas encore rejoint le chœur des femmes qui dénoncent leurs agresseurs. Elles ne sont pourtant pas épargnées… Hormis en Afrique du Sud, l’affaire Harvey Weinstein ne déclenche pas sur le continent la même avalanche de dénonciations qu’ailleurs dans le monde. Les deux plaintes pour viol déposées contre l’islamologue et théologien Tariq Ramadan, bien connu au Maghreb, n’y ont rien fait. Comme si les Africains tenaient à rester à l’écart d’un phénomène désormais planétaire.

« Pourtant, en Afrique, les Harvey Weinstein se ramassent à la pelle, dans tous les milieux, dans tous les secteurs, notamment chez moi, au Gabon, où la chosification de la femme est institutionnalisée », soutient l’avocate Paulette Oyane Ondo. Harcelée par un prêtre qui l’avait recrutée comme bibliothécaire dans une structure kinoise, Muriel (le prénom a été changé), 25 ans, a dû démissionner au bout de trois mois. « Mes journées de travail consistaient surtout à inventer des subterfuges pour éviter de me retrouver dans la même pièce que lui ! »

La journaliste relève un autre exemples :

La Congolaise Muriel dit s’être bien gardée de donner à ses collègues le véritable motif de sa démission : « C’était sa parole contre la mienne. Et son honorabilité semblait incontestable. J’aurais même pu passer pour la harceleuse. » Le sujet ne fait quasiment jamais grand bruit, mais tout le monde sait que cela existe. Les femmes « gèrent » le problème discrètement. Elles en parlent entre elles dans les salons de coiffure ou dans les tontines, mais ça ne va jamais plus loin.

Ce sont des pratiques courantes et la dénonciation peut provoquer la stigmatisation :

Pour Paulette Oyane Ondo, les Gabonaises se taisent parce que le harcèlement est une pratique ancrée dans les mœurs. « Dans l’imaginaire populaire, aucune femme n’accède à un emploi ou ne progresse au sein de l’entreprise grâce à ses seules compétences. Le plus triste, c’est que les femmes elles-mêmes en sont persuadées, les plus jeunes encore plus. »
Journaliste sénégalaise installée à Abidjan, Adama N. s’interroge sur la pertinence d’une campagne de dénonciation sur les réseaux sociaux. Elle ne veut pas prendre le risque d’être stigmatisée ni mettre en péril sa jeune carrière.

« D’ailleurs, qui dénoncerais-je ? Les amis de mon père, les tontons, les cousins, le banquier, le voisin ? Et de quoi les accuserais-je ? De harcèlement ? Les Africains parlent trop librement de sexe, alors la frontière entre grivoiserie et harcèlement est ténue », explique-t-elle.

Il faut du courage pour dénoncer mais les actes libèrent :

« Mais il faut du courage pour oser saisir sa hiérarchie. La Tchadienne Émilie A. s’est entendu répondre : « Débrouille-toi comme une grande : toutes les femmes sont confrontées à ce type de problème. Oser parler est aussi une question d’éducation, souligne Colette Florence Mebada. La femme doit pouvoir s’affranchir de situations inconfortables. Car on a toujours le choix. Être anticonformiste et oser assumer ses choix apparaît alors comme un atout. » Plus prosaïque, Kala Lobè affirme que « ce sont les actes qui libèrent » : « Il faut apprendre à se faire respecter sans passer par un intermédiaire qui serait la loi. La parole dénonciatrice me semble infantilisante. Un homme me met la main aux fesses ? Je saisis ses testicules, égalité oblige. »

« Le harcèlement de rue n’est pas un compliment »

Quand est-il au Maghreb ? Est-ce la même chose ? Djamila Ould Khettab fait un état de la situation sur la drague abusive dans la rue. Pour illustrer le harcèlement sexuel dans la rue, elle relate la diffusion d’un clip produit par « deux jeunes Algériennes, membres d’un collectif de slam, qui dénonce le harcèlement de rue, qui perdure malgré une loi punissant ce type de comportement. »

« L’histoire est simple mais effroyablement banale. Une jeune femme sort de chez elle et retrouve un peu plus loin une amie. Mais le chemin est semé d’embûches : un homme la prend par le bras, un autre tente d’asperger son visage de parfum, plusieurs autres lui jettent des regards obscènes ou des propos salaces. Alors, la jeune femme presse le pas, fait demi-tour, accélère encore, tête baissée et bras croisés. Pour son premier clip vidéo, Awal, un collectif de slam d’Oran, a voulu s’attaquer à ce malaise qui règne dans les rues de la plupart des villes d’Algérie.

Le projet a été mené de bout en bout par deux membres du collectif : Zoulikha Tahar, alias Toute Fine, et Sam MB. Dans la vidéo, les deux amies slameuses se mettent en scène, tandis qu’une voix off déclame les textes qu’elles ont elles-mêmes rédigé. Un témoignage à cœur ouvert dans lequel elles dénoncent tour à tour les comportements déplacés, le sexisme, la pression sociale et un problème d’éducation. Objectif : crier leur ras-le-bol et sensibiliser leurs congénères contre des paroles et des gestes abjectes. Le clip se termine d’ailleurs sur le slogan suivant : « Le harcèlement de rue n’est pas un compliment ».

« On nous fait croire que la situation des femmes a changé ! »

En Tunisie, on pourrait penser que la situation est meilleure qu’ailleurs en Afrique du nord… Le journal La Croix a publié 3 textes de Marie Verdier, envoyée spéciale à Tunis sur la situation de la femme en Tunisie. Or, selon la journaliste, même au travail, les femmes restent soumises :

« On nous fait croire que la situation des femmes a changé ! » persifle Raga Hedhili, directrice d’une usine de confection près de Monastir. « Même quand elles travaillent, les femmes restent soumises, la majorité d’entre elles donnent leur salaire à leur mari sans forcément s’indigner. » Dans son usine, des femmes viennent parfois la supplier de ne pas mentionner la totalité de leur salaire sur la fiche de paie pour pouvoir garder pour elle une petite somme en liquide. Et de conclure : « les filles apprennent à ne pas parler devant leur père, devant leur frère et devant leur professeur, comment deviendraient-elles libres et indépendantes une fois mariées ? »

Et les femmes ont intériorisé cette violence :

La fameuse exception tunisienne et son statut de la femme envié dans le monde arabo-musulman a, en réalité, longtemps occulté le poids du modèle patriarcal et de son corollaire, la violence, « attribut naturel de la supériorité des hommes », selon la juriste et militante féministe Sana Ben Achour, auteure du rapport Violences à l’égard des femmes : lois du genre, en 2016. La violence contre les femmes, explique-t-elle, est plus une atteinte à l’honneur des hommes qu’une agression commise contre une personne.

Le corps de la femme corps est un bien public et, pour préserver la virginité, la sodomie est recommandée :

« Cacher le corps ça commence à l’école, quand les filles portent des tabliers mais pas les garçons », s’offusque Bochra, la trentaine affranchie. Chez elle, son compagnon et ses amitiés tunisoises et cosmopolites se retrouvent le soir autour de bières. Mais dès qu’elle franchit le pas de sa porte, Bochra enfile sa carapace. « Avant de sortir, je dois réfléchir à comment m’habiller et me comporter. J’ai proscrit les robes que j’adore. Je marche d’un pas décidé, quasi militaire, parce que se promener tranquillement, c’est être une fille facile. » Et dans un élan d’indignation, elle tempête : « Mon corps est un bien public. Il ne m’appartient pas ! Il est contrôlé par la famille, mais aussi par les voisins, le quartier et la rue entière. »
« « Ce qui t’inquiète, a crié Bochra à sa mère, ce n’est pas moi mais mon hymen ! » Elle voulait m’envoyer au poste de police vérifier si j’étais toujours vierge ! Les relations sexuelles, c’est la ligne rouge pour tout le monde. » Or une fille sur sept et un garçon sur deux avait eu des relations sexuelles avant 24 ans, selon des données 2009 de l’Office national de la famille et de la population. « On vit tous dans nos contradictions. Celles qui ont des relations sexuelles ne s’autorisent que la sodomie », poursuit Bochra.

Et v’lan ! On est quitte pour y réfléchir à deux fois… Si la parole des jeunes femmes est un peu libérée, ce n’est pas le cas de toutes. Et il y a loin de la coupe aux lèvres. Les textes législatifs sont bien beaux, la réalité se vit autrement. Le journal La Croix relève quelques faits sur la situastion de la femme en Tunisie :

  • Dans la constitution de 2014, l’État tunisien s’engage à protéger les droits acquis de la femme et œuvre à les renforcer et les développer.
  • Dans le code du statut personnel, le mari reste chef de famille et tuteur des enfants.
  • Les femmes représentent 28 % de la population active et 42 % des chômeurs.
  • 67 % des diplômés de l’enseignement supérieur sont des femmes. Mais 41 % d’entre elles sont au chômage contre 21,4 % pour les hommes.
  • L’écart de salaires hommes-femmes est de 40 % dans les très petites entreprises et de 25,4 % dans le privé.
  • La Tunisie est classée au 126e rang (sur 144 pays) dans le rapport Davos 2016 sur l’égalité de genre.
L’Islam n’est pas responsable

Ce qui suit peut surprendre. Léo Pajon, dans Jeune Afrique, tente de cerner la responsabilité de la religion sur le statut de la femme.

L’islam est souvent désigné, au nord de la Méditerranée, comme l’un des responsables de l’asservissement des femmes, voire d’une sexualité troublée. Et s’il était pourtant au moins une partie de la solution ? L’un des problèmes, relevé par le professeur en islamologie à l’université de Strasbourg Éric Geoffroy en préambule de L’Islam et le Couple, est surtout que le Coran souffre « d’une interprétation biaisée, machiste, aujourd’hui considérée comme l’orthodoxie ».

« Or, à l’inverse du catholicisme et d’autres traditions religieuses, l’islam ne commande pas, par exemple, de combattre sa nature charnelle, mais de la satisfaire modérément. Comme le rappelle Sofia Bentounes, le Prophète recommande même à ses fidèles de s’acquitter de leur devoir sexuel envers leurs épouses. »

Quant à la virginité, Mohamed n’a exprimé aucun intérêt pour la question lorsqu’il s’est marié… Pour preuve, parmi ses neuf épouses, une seule était vierge : Sayyida Aïcha. L’auteure va plus loin en précisant que dans le texte coranique aucune mention n’est faite de la masturbation, et qu’il n’y est pas non plus évoqué de peine à l’encontre de l’homosexualité.

Voici enfin tiré d’une chronique, la réaction douloureuse de Fawzia Zouari devant cet état de faits en Afrique. Accrochez bien votre petit cœur sensible s.v.p.

« Bien sûr que je peux balancer moi aussi ! Il faut juste que je cherche dans mes souvenirs, car des harceleurs, j’en ai connu, du petit patron péteux au chef d’État qui vous prend pour sa énième courtisane, sauf que la pudeur m’interdit de parler, c’est mon côté femme du Sud, édifiée sur la chose…

En fait, cette affaire n’a rien d’un scoop. Des types comme Weinstein, il y en a partout, ils nous rappellent que le monde continue à fonctionner comme un gigantesque harem et que la guerre des sexes ne tourne qu’autour d’un seul sujet : le sexe. Mais comme l’affaire nous vient d’Amérique et qu’elle concerne des stars, tout le monde s’époumone, on réveille l’humanité entière, on sonne l’alarme dans le village mondial.

Pour la journaliste, c’est un phénomène courant, mais pleurer le malheur des riches peut alimenter le puritanisme des religieux.

C’est hypocrisie générale que de faire croire que les carrières qui se construisent sur le chantage sexuel – ou plus familièrement sur « la promotion canapé » – sont une rareté. C’est imposture que de nous demander de verser des larmes sur le malheureux destin de vedettes riches et célèbres qui n’auraient sans doute pas fini sous les ponts si elles avaient dénoncé leur magnat. Je comprends qu’une caissière ou une ouvrière n’ait pas le courage ou les moyens de s’en prendre à son agresseur parce qu’il y va de sa survie, mais pas ces nanties de bonne famille qui se sont payé le luxe de se taire.

En plus, j’ai bien peur que cette théorie du soupçon qui pèse sur tous les hommes ne donne raison aux puritains du monde entier. Laisser entendre que l’homme est un prédateur par essence conforte la vue des religieux de tous poils. Prenez les islamistes. Depuis le temps qu’ils claironnent que le désir masculin menace à tous les coins de rue et qu’il faut porter le hidjab et refuser la mixité. Ils nous ont répété mille fois que « chaque fois qu’une femme et un homme se retrouvent seuls, le troisième compagnon est le diable ! »

Enfin, pourquoi tant de bruit autour de femmes issues du monde libre alors qu’on oublie l’existence de millions d’autres dont le législateur, le chef du village ou l’imam a officialisé l’agression sexuelle et légalisé le viol conjugal ? Toutes ces demoiselles mariées de force, obligées d’épouser leur violeur ou subissant la libido masculine au moyen de mille et une fatwas…

Alors, tout ce tapage occidental, pour certaines d’entre nous, ressemble à une menue querelle, pour ne pas dire une coquetterie de Blancs.

Je n’ose offrir de conclusion à ces extraits, si ce n’est que nous ne pouvons ni fermer les yeux, ni agir comme si tout cela n’existait pas. « Le plus long voyage, raconte le proverbe, commence par un premier pas. » À nous de nous mettre en route.