Loué sois-tu, Agnostos Theos !

Le bloguiste Thierry Maugenest écrit ces mots : « Je viens de découvrir rien de moins que La solution qui pourrait bien mettre un terme à ces fichues guerres de religion qui empoisonnent la planète. » (1)  En rappelant que dans la Grèce antique, en plus des dieux traditionnels du panthéon, on avait coutume de célébrer le dieu inconnu, l’Agnostos Théos. D’ailleurs l’apôtre Paul était aussi habité par le même désir exprimé par Thierry Maugenest en s’adressant aux Athéniens pour leur annoncer ce Dieu différent, ce Dieu Méconnu, ce Dieu révélé et Reconnu mais vite récupéré par les systèmes religieux (Ac 17,22, 31). Ce n’est pas la foi qui provoque les querelles interreligieuses, mais ce sont les ambitions des tenants des systèmes religieux qui, pour sauver leurs privilèges et leurs ambitions, succombent à la tentation des exclusions et des condamnations. Le Dieu auquel rêve le bloguiste Maugenest serait bien celui que le Christ nous révèle, un Dieu différent mais hélas vite récupéré par les systèmes religieux.

À nous de l’affranchir ce Dieu Reconnu et récupéré en faisant valoir les valeurs libératrices de la foi évangélique. Thierry Maugenest écrit ceci : « Enfin, l’Agnostos théos rapproche les athées des croyants puisqu’il est celui dont on ne sait et ne saura jamais rien. Ni temple, ni église, ni mosquée ne lui sont consacrés, et s’il lui faut un toit, ce serait plutôt celui d’une auberge espagnole, sous lequel chacun lui offrira ce qu’il veut, et le priera comme il l’entend, en buvant, en dormant, en chantant, en aimant. Au fond, même les ultra-laïcs y trouveront leur compte car aucun signe distinctif, ostentatoire, ne lui sera attaché. » Le rêve de Thierry Maugenest nous rappelle un grand désir de tolérance, de cohabitation spirituelle et cela est heureux!

Là où je diverge d’opinion, c’est que ce rêve d’un dieu théorique et glacial me laisse de glace! Le Dieu de l’Évangile, c’est le Dieu Reconnu comme partenaire de notre Humanité, un Dieu non pas jaloux et mesquin mais un Dieu d’amour qui désire nous partager sa plénitude. Ce n’est pas un Dieu des guerres farouches et fratricides, ce n’est pas un Dieu qui endosserait les horreurs dont nous sommes témoins maintenant, mais un Dieu de la miséricorde qui se désole du mal qui nous afflige. Le Dieu de l’Évangile, le Dieu Reconnu dans la foi, nous propose un chemin de plénitude, de bonheur réel et plénier, une pratique de vie qui n’endosse ni violence, ni terreur. Il est plus que temps que les grandes traditions monothéistes de notre temps en viennent à tirer au clair leurs pratiques afin de favoriser une plus grande spiritualité enfin libérée de toutes formes de totalitarismes.

Religion ou foi, voilà donc la question. Et si la religion n’était qu’un instrument balisant notre pratique de foi? Et l’autre question qui se pose maintenant : un Dieu inconnu, un Agnostos theos qui est totalement indifférent à notre quête de sens et de plénitude ou un Dieu Reconnu, en amour avec cette humanité troublée, en quête de sens et de plénitude?

1)  Thierry Maugenest, in The Huffington Post, 23 juin 2015.

Pierre-Gervais Majeau, ptre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.