Une lettre en soutien aux prêtres de Montréal

prêtreAprès plus de 30 ans de gestion déficiente par le Vatican de la question des religieux pédophiles, l’archevêque de Montréal a annoncé la mise en place d’un projet pilote afin de créer un « environnement sécuritaire ». Dans une entrevue exclusive accordée au Journal de Montréal le 23 juin 2016, Monseigneur Marc Lépine affirmait : « Il faut diminuer les risques qu’il y ait une agression. Un adulte ne doit jamais être seul avec un enfant. Je dis peut-être ça naïvement, mais surtout dans le cas d’un prêtre. »

Selon le Journal de Montréal, ce projet « entrera en vigueur dans 10 paroisses à titre de projet-pilote cet automne et pourrait ensuite être étendu aux 184 autres lieux de culte montréalais. Les prêtres et employés recevront des formations pour leur montrer comment agir afin de ne jamais être seuls en présence d’enfants. »

Cette déclaration a suscité plusieurs réactions.  Michel Gagnon, curé à l’église Sainte-Rose-de-Lima, à Laval, a notamment déclaré à La Presse : « Je suis furieux et extrêmement déçu de mon évêque [Mgr Christian Lépine]. N’aurait-il pas pu au moins nous en parler à nous avant de lancer cela sur la place publique ? »

Au nom du Forum André-Naud, la lettre suivante a été adressée  à l’Archevêque de Montréal.
Laval, le 27 juin 2016.

Mgr Christian Lépine,
Archevêque de Montréal,

Monsieur,

Jeudi matin le 23 juin dernier, nous avons été surpris d’abord puis attristés par la suite en lisant à la une du Journal de Montréal que les prêtres de votre diocèse seraient sous surveillance de votre part pour y combattre la pédophilie et l’exploitation des aînés. Vous annonciez ce projet avec un sourire de satisfaction ! À la page 3 de ce même journal, nous apprenions que « ce filet de sûreté entrera en vigueur dans 10 paroisses à titre de projet-pilote cet automne et pourrait être étendu aux 184 autres lieux de culte montréalais »; objectif de ce cours de formation : apprendre à ne jamais être seuls en présence d’enfants.

Ne croyez-vous pas que cette mesure ou position est excessive et blessante pour les membres du presbytérium car elle laisse entendre que tous vos confrères sont dans le même bateau et que tous sont tentés par les petits enfants ou l’argent des aînés ? Avant de diffuser votre projet dans les médias, avez-vous eu la délicatesse et la sagesse de consulter le conseil presbytéral ? Il nous semble qu’il y a démesure dans ce geste qui, pour vous, ne semble que de la simple prudence.

Est-ce que vous avez imaginé un instant comment seront perçus et regardés vos confrères dans la société en général? Avez-vous pesé le poids qui vient d’être déposé sur les épaules de tous les pasteurs ? Pourquoi ce regrettable amalgame que vous avez construit  et qui risque d’encourager la suspicion autant dans l’Église catholique que dans la société. Dans une lettre adressée au cardinal Ouellet le 19 mars 2016, François l’évêque de Rome, pour répondre correctement « aux problématiques actuelles », invitait les pasteurs à discerner avec les gens et « jamais pour eux ou sans eux. Comme dirait saint Ignace : selon les situations et les personnes. C’est-à-dire sans uniformiser. »

Nous sommes mal à l’aise devant cet amalgame que vous avez créé et nous sommes convaincus que d’autres pédagogies existent pour atteindre ce même but que vous poursuivez.

André Gadbois
pour le Forum André-Naud de Montréal

2 réflexions sur “Une lettre en soutien aux prêtres de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.