Jean-Claude Turcotte

Jean-Claude Turcotte

Depuis quelques mois, un couple de cardinal (un rouge et un brun) adore se poser dans notre mangeoire derrière la maison durant l’hiver pour luncher. Lors de leur première visite, j’ai crié à ma conjointe : « Diane, Jean-Claude est dans notre mangeoire! » Sans trop comprendre, essoufflée, elle est arrivée : « Qui ça, Jean-Claude? De quoi tu parles? » Et doucement je l’ai invitée à observer le cardinal, Jean-Claude… Turcotte!  Aucune dérision de ma part, aucun mépris, aucun humour déplacé. Un simple geste de tendresse car j’aime et apprécie le Cardinal Jean-Claude Turcotte depuis de nombreuses années dans l’Église de Montréal. Pendant vingt ans, le dimanche des rameaux, je lui présentais la quinzaine de catéchumènes que j’accompagnais vers le baptême, la confirmation et la première eucharistie; à chaque fois, il me tapait sur la bedaine en me disant tendrement : « T’es encore là, André! Bravo! »

En 2007, délégué par mes collègues du Forum André-Naud de Montréal, je lui ai proposé un 5 à 7 pour jaser « pas de théologie mais de nos souffrances et blessures personnelles occasionnées par des décisions de notre Institution catholique. » Non seulement a-t-il accepté, mais ce fut un 5 à 8 à la fin duquel il nous a offert vin et buffet. Quel beau souvenir j’en conserve!

Comme Jésus, Jean-Claude était très à l’aise avec les humbles, les plus fragiles, et discourir n’était pas sa tasse de thé. Il a été « façonné » ou « sculpté » par l’Action catholique de la rue St-André à Montréal: sa simplicité venait probablement de là. Il n’était pas l’homme des grandes organisations, il en était bien conscient, et il savait distribuer et confier les tâches pour que se réalisent de grandes organisations comme la visite de Jean-Paul II au Québec.

Deux dimanches avant son décès à l’hôpital Marie-Clarac, il n’a pu célébrer l’eucharistie : il y a participé du haut du jubé de la chapelle et s’est retiré, vidé et fatigué, à sa chambre. L’aumônier a tenté de le rencontrer après la célébration… introuvable. Il s’est rendu à sa chambre et l’a vu replié dans son lit comme un chaton au repos. Il s’est approché du lit : « Jean-Claude, tu dors? » – « Oui, j’apprends à m’endormir en paix pour toujours. Il faut se pratiquer à ça! » Le Cardinal a été transporté aux soins palliatifs où il est décédé comme un petit oiseau.

Jean-Claude, le pasteur qui à sa façon savait communiquer, s’est envolé. Grand partisan des Canadiens de Montréal, il sera avec nous d’une certaine façon pour savourer la Coupe Stanley. Grand pasteur d’une Église qui en arrache, il sera avec nous pour oser briser des carcans et refuser des culs-de-sac.

Jean-Claude, salutations de la part du Fan de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.