Lendemains de Synode

Le rapport synodal final

Dans le numéro de janvier-février-2016 de la revue Relations, Marie-Andrée Roy fait le bilan du Synode de la famille de l’Église catholique qui s’est déroulé du 5 au 19 octobre 2014 et du 4 au 25 octobre 2015. Selon elle, les résultats sont mitigés compte tenu de l’ampleur des consultations faites auprès des Églises nationales. Elle souligne que l’absence des principaux intéressés, les couples et les familles, confirme « le caractère clérical et centralisateur de l’Église et son incapacité à faire corps avec le Peuple de Dieu – l’ensemble des baptisés. »
La revue Relations
Les pères synodaux ont, entre autres, reconnu une valeur aux unions libres mais ils ont été muets sur les couples de même sexe. Ils ont pris note « l’émancipation féminine requiert de repenser les devoirs des époux dans leur réciprocité » mais ils ont refusé d’ouvrir le diaconat aux femmes comme le proposait l’évêque de Gatineau.

Selon Marie-Andrée Roy, le Synode s’est buté à un cul-de-sac doctrinal. Sur la question du divorce, « l’Église semble ainsi incapable de tenir, pour notre temps, un discours de guérison et de réconciliation pour les échecs matrimoniaux. Aucune des solutions envisagées ne paraît d’ailleurs satisfaisante pour la majorité des catholiques. Une question demeure : comment se fait-il que l’Église soit parvenue à accueillir sans drame à la table eucharistique les prêtres qui ont quitté le sacerdoce – un sacrement indissoluble – et qui se sont mariés religieusement alors qu’elle est incapable de faire de même pour les divorcés remariés ? ». Le rapport synodal final comprenait 74 articles. Marie-Andrée Roy est professeure au Département des sciences religieuses à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

L’exhortation post-synodale

Dans un texte de 260 pages publié le 8 avril 2016, le pape François confirme que l’Église catholique ne reconnaît qu’une seule forme de mariage : l’union traditionnelle entre un homme et une femme jusqu’au décès de l’un ou l’autre des conjoints. Tout autre forme de mariage est une union irrégulière et doit faire l’objet de miséricorde. Selon Isabelle Paré du journal Le Devoir, L’Exhortation apostolique sur la famille invite cependant prêtres et évêques à les « accompagner », et, « dans certains cas », permettre l’accès à la communion et de la confession les divorcés remariés.
Amoris Laetitia

L’exhortation demande que l’indissolubilité du mariage, ne doit pas être comprise « comme un « joug » imposé aux hommes, mais bien plutôt comme un « don » fait aux personnes unies par le mariage ». Cependant, Isabelle Paré relève que « l’exhortation papale surprend en valorisant « la dimension érotique de l’amour », et critique le discours historique de l’Église trop longtemps axé sur « le devoir de procréation » et « l’idéalisation excessive » ». Pour le journal Le Monde, le Pape affiche « un pragmatisme conforme à sa volonté de s’adresser à toutes ces « périphéries » humaines que l’Eglise a trop longtemps ignorées…. »

Dans son blogue, Sébastien Maillard, de La Croix résume pour sa part l’approche de François par le terme « flexisécurité » : sécurité doctrinale et flexibilité pastorale. Faisant un parallèle avec le marché du travail, le blogueur souligne qu’alors que « certains se retrouvent très peu disposés au sacrement du mariage, comme d’autres présentent une employabilité trop faible pour envisager un CDI. Ce qui n’interdit pas, dans un cas comme l’autre, d’en rêver, d’encourager ce rêve et de tout déployer jusqu’au bout, patiemment, pour le réaliser. » Selon lui, l’exhortation cherche à responsabiliser « chaque évêque, prêtre et agent pastoral. Il n’autorise, ni ne réfute l’accès aux sacrements, dont la discipline générale reste inchangée. » Il en conclue que la conséquence est une « inculturation » où Amoris laetitia vise une « décentralisation, dont la précédente exhortation, Evangelii gaudium, traçait déjà l’horizon », une sorte de « flexi-romanité » quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.