La Faculté de théologie devient l’Institut d’études religieuses

UniversitéDans une entrevue accordée à UdeMNouvelles, principal site d’information de l’université de Montréal, Jean-Marc Charron, administrateur exerçant les fonctions de doyen, annonce qu’à compter du 1er mai 2017, la Faculté de théologie et des sciences religieuses de l’université de Montréal cessera d’exister pour devenir l’Institut d’études religieuses. Cet institut fera désormais partie de la Faculté des arts et des sciences de l’université. La Faculté de théologie était, avec la Faculté de de droit et celle de médecine, une des facultés fondatrice de l’université de Montréal en 1878, alors que celle-ci était un succursale de l’université Laval.

On confond souvent théologie avec sciences des religions affirmait le directeur du Centre d’études sur les religions, Fabrizio Vecoli dans une entrevue accordée à Quartier Libre en mars 2015. Selon ce professeur d’histoire, cette discipline présuppose l’existence de Dieu alors que les sciences des religions portent un regard extérieur. Toujours selon Fabrizio Vecoli, les théologiens modernes gardent cependant une certaine distance avec l’orthodoxie : « ce qui permet, dans un dialogue qui se fait avec les sciences et les autres disciplines, de contrer le risque d’une radicalisation et d’éviter de tomber dans l’intégrisme ». Yves Gingras, Professeur au département d’histoire de l’UQAM précisait dans Le Devoir : « du point de vue des sciences sociales, la croyance en Dieu est un phénomène historique et social comme les autres. »

Le débat sur la pertinence de la présence de la théologie à l’université a cours depuis plusieurs décennies. En 1986, le Conseil d’administration de l’Université de Sherbrooke, suite à une recommandation du Comité exécutif, a souhaité fermer la Faculté de théologie. Des enseignants ont protester, notamment le syndicat des professeurs, et la décision de fermer la faculté a été suspendue. Alain Gignac, professeur d’exégèse du Nouveau Testament, directeur de la revue « Théologiques » de la Faculté de théologie et des sciences des religions à l’université de Montréal écrivait pour sa part dans Le Devoir : « La théologie universitaire est une réflexion autocritique sur la foi et répond aux critères de rationalité universitaires. Au Québec, elle s’exerce principalement sur la foi chrétienne, mais s’ouvre de plus en plus à d’autres traditions. »

En 2012, la Faculté de théologie et des sciences des religion de l’université de Montréal suspendait à peu près tous ses programmes d’enseignement de premier cycle. C’est la chute des inscription qui a forcé l’administration à prendre cette décision, selon Philippe Vaillancourt du site Crayon et goupillon : « il devient difficile pour les jeunes diplômés de se trouver des emplois intéressants et bien rémunérés. »

Quoiqu’il en soit, l’université de Sherbrooke, a fermé sa Faculté de théologie le 1er mai 2015 et l’université de Montréal fermera la sienne le 1er mai 2017.

4 réflexions sur “La Faculté de théologie devient l’Institut d’études religieuses

  1. Pourtant le mot mérite de rester . comme canadien français a disparu au profit de québécois.

  2. Comment en effet poursuivre des études menant à une meilleure connaissance (mais est-ce vraiment une connaissance?) de Dieu dans une société qui ne se fie qu’à la prétendue «rationalité» universitaire? Il faut pourtant avoir beaucoup de foi pour croire à certains discours scientifiques.

  3. Bonjour,
    Une erreur s’est glissée dans votre texte: je ne suis pas théologien, mais historien.
    Bien cordialement,

    Fabrizio Vecoli

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.