Archives de catégorie : Lectures

L’homme-Dieu et Dieu, le psychothérapeuthe

L’automne dernier, la revue l’Express donnait le sommet du palmarès des ventes des essais à trois ouvrages : Homo deus et Sapiens de l’Israélien Yuval Noah Harari, ainsi que Psychothérapie de Dieu, de Boris Cyrulnik. Il faut croire que Dieu continue à faire recette.

Homo deusDans Sapiens, l’auteur avait fait une synthèse des étapes de l’évolution de l’espèce humaine depuis 100 000 ans : la création des villes et des royaumes, l’invention des religions, des nations, des droits de l’homme, de l’argent, des livres et des lois, de la bureaucratie et de la consommation de masse. Dans Homo deus, l’auteur tente de décrire ce que sera le monde lorsque « les mythes collectifs tels que les dieux, l’argent, l’égalité et la liberté, s’allieront de nouvelles technologies démiurgiques. Et que les algorithmes, de plus en plus intelligents, pourront se passer de notre pouvoir de décision. »

Selon le Figaro, l’auteur de Homo deus, «Harari a un réel talent pour vulgariser, faire réfléchir en faisant marcher l’imagination de son lecteur. » L’auteur a aussi le mérite de faire une synthèse des changements importants et déterminants que l’humanité a connus surtout au cours du dernier siècle. C’est rare.

Il n’est cependant pas toujours heureux lorsqu’il s’aventure à dresser des perspectives sur l’avenir de l’humanité. Il évoque par exemple l’immortalité physique probable de l’être humain : c’est plutôt présomptueux pour qui ne connait pas l’ensemble des conséquences du vieillissement. Après tout, l’auteur n’a que quarante ans. Il appréhende la domination de « l’algorithme » sur l’être humain : si on en juge par les performances du système de paie Phénix du gouvernement du Canada, le risque est plutôt ténu dans un avenir prévisible.

Titre: Homo deus : une brève histoire de l’avenir
Auteur: Yuval Noah Harari
Année de publication: septembre 2017
Maison d’édition: Albin Michel
ISBN: 9782226393876 (22263938711)
Format : Epub, papier
Prix: Epub : 26,99 $, papier :  36,95

La psychothérapie de Dieu
Boris Cyrulnik est neuro-psychiatre. Lui aussi explore les recherches bio médicales récentes. Il tente de décrire l’effet de la foi sur le comportement humain. Selon son éditeur, l’ouvrage est « un merveilleux texte, lumineux, tendre et original sur le rôle majeur que joue l’attachement dans le sentiment religieux. » Renaud-Bray résume ainsi le contenu du livre : « Le neuropsychiatre propose une psychothérapie du sacré et analyse les liens entre l’attachement religieux individuel ou collectif et les conditions sociales, économiques, politiques, ou historiques, mais aussi le sentiment de sécurité. »

Geneviève Delaisi de Parseval, de Libération conclue sa critique par : « On sort un peu sonné de la lecture de ce livre truffé de plus de mille références en bas de page. C’est une somme qui confortera croyants comme non-croyants – mais pas pour les raisons auxquelles ils avaient spontanément pensé… »

Le quotidien La Croix, sous la plume de Élodie Maurot, reconnaît que le propos de l’auteur est efficace bien que certains rapports à Dieu soient négligés. Maurot déplore une certaine superficialité là où les prétentions scientifiques sont avancées.

Titre: Psychothérapie de Dieu
Auteur: Boris Cyrulnik
Année de publication: août2017
Maison d’édition: Odile Jacob
ISBN: 9782738138873 (273813887X)
Format : Papier
Prix: 34,95

Décadence : comment faire peur au monde

L’évocation du « bon vieux temps » par les plus âgés suscitent parfois des jugements associant le mode de vie contemporain à une décadence. Deux livres, deux approches culturelles tentent de cerner la décadence contemporaine. Le premier, écrit par un Français, Michel Onfray, décrète la fin de la civilisation Judéo-Chrétienne. Le deuxième, d’un Québécois, Manuel Dorion-Soulié, décrit la mission que se sont donnés les néo-conservateurs américain pour sauver leur « empire » de la décadence.

Décadence de Michel OnfrayMichel Onfray, philosophe polémiste français, décrète que « l’Occident est en phase terminale ». Son « Occident » est cependant circonscrit à l’Europe et le Judéo-Christianisme qu’il évoque est celui de l’Église Catholique. Notre civilisation, dit-il, succombe sous les assauts des deux barbarismes : « le sanglant songe califat des terroristes, d’un côté ; le rêve scientiste et glacé de la posthumanité, de l’autre ». La chroniqueuse Marie Lemonier de l’Obs, à la lecture de ce livre, dit de Michel Onfray « qu’après avoir été hédoniste et vitaliste, le voilà décliniste ». Elle en conclue que de philosophe de gauche, Onfray est devenu une « scie réactionnaire ». La chroniqueuse reconnaît l’érudition de l’auteur, mais elle met en doute la qualité des sources qui ont inspiré l’ouvrage.

À propos de l’ouvrage d’Onfray, Henri Tincq, spécialiste des questions religieuses à la Croix et au Monde de 1985 à 2008, est encore moins complaisant en parlant du «  regard partial et partiel porté sur l’histoire chrétienne par le philosophe athée  ». Le journaliste y va d’un charge à fond de train dans sa chronique, en relevant contre-vérités et mensonges. Il  reproche à l’auteur de ne pas tenir compte de la portée du concile Vatican II sur l’orientation actuelle de l’Église Catholique. Il en conclue que : « les parti pris du philosophe, sa haine de l’Église, la partialité de son analyse historique menacent, sinon la pertinence de son livre, au moins la crédibilité de sa thèse. »

Titre: Décadence
Auteur: Michel Onfray
Année de publication: 10 janvier 2017
Maison d’édition: Flammarion
ISBN: 9782081399204
Format : Epub, papier
Prix: Epub : 26,99 $, papier :  36,95

Décadence des néo-conservateurs américainsDans « Décadence, empire et guerre. Le militarisme moralisateur des néoconservateurs américains », Manuel Dorion-Soulié aborde la question sous un tout autre angle. C’est plutôt le compte-rendu d’une enquête fouillée sur le « néo-conservatisme américain » qu’il nous livre. Selon Louis Cornellier, du Devoir, l’auteur constate que si tous les dirigeants américains ont mené une « politique étrangère impériale », les néo-conservateurs   vont plus loin  en prétendant que « l’expansionnisme impérial… vise le maintien de l’armature morale des citoyens ».

Le néo-conservatisme serait né du traumatisme provoqué par « l’émergence de la Nouvelle Gauche contre-culturelle, individualiste, féministe, pacifiste et hédoniste. » Cornellier retient de la conclusion de Dorion-Soulié sur les néo-conservateurs américains que « leur projet impérial belliciste trahit même l’esprit républicain américain de liberté, menacé par le militarisme. Souvent brillants, ces penseurs n’en demeurent pas moins dangereux. » Manuel Dorion-Soulié est un chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec.

Titre: Décadence, empire et guerre : le militarisme moralisateur des néoconservateurs américains
Auteur: Manuel Dorion-Soulié
Année de publication: 10 janvier 2017
Maison d’édition: Athéna
ISBN: 9782924142363
Format : Papier
Prix: 24,95 $

 

 

Identitaire, un débat… catholique ?

Identitaire
Alors que Satistiques Canada confirme le recul démographique du Québec dans la société canadienne à cause d’un déficit migratoire, que Donald Trump refoule à ses frontières des personnes jugées « indésirables » et qu’à Québec on pleure des morts guinéens et maghrébins, le débat sur « l’identité » connaît en France ses heures de gloire. Alimenté par la candidature à la Présidence d’un François Fillion qui affiche son catholicisme sans complexe, le débat inquiète la droite catholique modérée.

Ainsi, en janvier dernier, Erwan Le Morhedec publiait « Identitaire – le mauvais génie du christianisme » (Editions du Cerf), qui est, selon le journal Libération, « ce catholique évoluant dans une droite plus modérée qui s’inquiète d’une peur « mortifère » exploitée selon lui par une extrême droite aux connexions néo-païennes. Une manipulation qui, juge-t-il, « agresse l’Eglise et subvertit » le message de fraternité évangélique. »

Le journal Le Monde précise : « Erwan Le Morhedec, auteur du blog Koztoujours.fr, dépeint comment les réseaux identitaires de l’extrême droite issus du néo-paganisme mettent à profit le malaise de certains catholiques face à la crise migratoire, à l’enracinement de l’islam et à la prise de conscience qu’ils seraient aujourd’hui une minorité parmi d’autres, pour instrumentaliser leur foi et la réduire à un attribut identitaire à visée essentiellement politique. « Ici et là, des catholiques cohabitent avec des identitaires, imaginent parfois les évangéliser quand ce sont eux qui les identitarisent », écrit-il. Sa critique a d’autant plus de poids qu’elle n’émane pas de la gauche catholique. »

Dans un débat organisé par le Journal La Croix, Erwan Le Morhedec résume sa pensée :

Au mot « identité », je préfère l’expression « culture chrétienne ». J’ai voulu comprendre ce que cachait la défense acharnée de l’identité chrétienne de la France par certains groupes, en réalité une forme de récupération politique, à laquelle certains catholiques peuvent se rallier de bonne foi. Quand j’entends des militants d’extrême droite se dire catholiques tout en brandissant des slogans comme « Nous avons cessé de croire que Kader pouvait être notre frère (…) et l’humanité notre famille  », je me demande si nous professons vraiment la même foi et si nous avons lu le même Évangile.

Titre: Identitaire, le mauvais génie du Christianisme
Auteur: Erwan Le Morhedec
Année de publication: 13 janvier 2017
Maison d’édition: Editions du Cerf
ISBN: 9782204115360
Format : Epub
Prix: 10,99 $,

 

Les ennemis du changement

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/2045/2045626-gf.jpgL’éditeur Novalis vient de publier un livre sur les difficultés que doit affronter le pape François dans le cadre de son pontificat. Intitulé « Les ennemis du pape », le livre a été écrit par un spécialiste du crime organisé, le journaliste italien Nello Scavo du quotidien Avvenire.

Dans une entrevue accordée à Nicolas Senèze du journal La Croix, Nello Scavo souligne que les positions sociales et économiques du Pape contrarient des groupes industriels comme les fabricants d’armes ou des groupes financiers qui profitent du néo-libéralisme actuellement en vogue. D’autre part,  à l’intérieur de l’Église, lors du dernier synode sur la famille, ce sont des ennemis de l’intérieur qui sont montés au créneau pour pour tenter de saboter le Synode avec de fines allusions visant à discréditer les orientations de François.

Pour illustrer les moyens déployés par le milieu de la finance, le journaliste italien démontre comment la banque américaine J.P. Morgan Chase a décoté deux grandes entreprises Unilever et Vodafone parce qu’elles avaient annoncé leur intention de financer, en lien avec l’Église catholique, une série de colloques sur la doctrine sociale catholique.

Le journaliste conclut l’entrevue par cette phrase du juge anti-mafia Giovanni Falcone, assassiné en 1992 : « On commence par vous discréditer, puis on vous isole, et enfin on vous tue ».

 

Titre: Les Ennemis du Pape
Auteur: Nello Scavo
Année de publication: octobre 2016
Maison d’édition: Novalis
ISBN: 9782896883813 (2896883819)
Prix: 24,95 $,