L’Église, la pédophilie et la sexualité

Unis pour le meilleur et pour le pireDes allégations de pédophilie frappent au cœur même du Vatican. Le cardinal australien est peut-être innocent. Ce ne serait pas la première fois qu’on détruirait une réputation à coup d’accusations fausses et difficilement vérifiables. Mais ce ne serait pas la première fois, non plus, qu’un « homme d’Église » aurait réellement commis des actes incompatibles avec l’Évangile.

Comme bien d’autres catholiques engagés dans nos communautés chrétiennes, nous allons devoir consacrer de l’énergie pour nous défendre d’être associés malgré nous aux errements possibles d’un membre éminent de l’Église. On condamne bien des musulmans par association. On ne va pas se priver de nous condamner, comme chrétiens, par association. Depuis le tout début de l’Église, des chrétiens sont ainsi condamnés par association.

Il serait toutefois dommage que cette nouvelle crise dans l’Église nous empêche de mettre sur la table et d’affronter le problème le plus profond et le plus grave que traverse notre église en matière de sexualité : la compréhension même de la place de la sexualité dans la gouvernance de l’Église. Le tabou des tabous qui, par notre silence, nous rend complices.

Quand je parle d’Église, je parle du magistère. Cette partie très restreinte de l’Église qui se réserve le pouvoir ultime de prise de parole et de gouvernance.

  1. Les femmes diacres

    L’Église tarde à accepter que des femmes deviennent diacres pour le seul fait qu’elles soient des femmes. Il n’y a clairement aucune raison théologique ou rationnelle pour l’empêcher. Mais on le fait sans que cela soulève de tollé. Après tout, ce n’est qu’une question disciplinaire.

    Et puis, est-ce vraiment une question sexuelle ? Mais si la seule et unique raison pour laquelle une femme ne peut devenir diacre est le fait qu’elle soit une femme et si le fait d’être une femme n’est pas une question sexuelle, qu’est-ce que la sexualité ?

    Le problème est abyssal.

    Oubliez toutes les belles choses qu’on dit sur la féminité et sur la sexualité: il faut revenir au B.A. Ba de la nature humaine.

  2. Les femmes prêtres

    L’Église n’accepte pas qu’une femme puisse devenir prêtre. Pire, elle n’accepte même pas qu’on puisse en discuter. C’est Joseph Ratzinger qui l’a affirmé et a fait signer sa prise de position par Jean-Paul II. Ici, il y a un débat théologique. Mais, l’église le répète : ce n’est pas un problème de sexualité. C’est simplement parce que Jésus n’a choisi aucune femme comme apôtre.

    Et si aucune femme ne peut devenir prêtre par le seul fait qu’elle soit une femme et que le fait d’être femme n’est pas une question de sexualité, qu’est-ce vraiment que la sexualité ?

    Le problème est abyssal.

  3. Les prêtres mariés

    L’Église n’accepte pas qu’un homme marié puisse devenir prêtre. Uniquement dans certains cas particuliers: quand un prêtre anglican déjà marié se convertit au catholicisme, quand un homme marié devient veuf ou obtient une déclaration de nullité de mariage. Autrement dit, quand l’administration de l’Église réussit à faire techniquement abstraction du fait qu’un homme ait été marié. On dira que ce n’est pas un problème de sexualité, mais simplement le fait d’être célibataire ou marié.

    Et si le fait d’être célibataire ou marié n’est pas une question de sexualité, qu’est-ce vraiment que la sexualité ?

    Impasse abyssale.

  4. Les homosexuels

    L’Église n’accepte pas que des homosexuels puissent se marier ni que des homosexuels célibataires puissent devenir prêtres. Bien sûr, le problème, ici, est sexuel mais c’est parce qu’on a établi que l’homosexualité est une grave déviation. Ça sème l’incompréhension chez les mères et les pères des enfants qui sont homosexuels. C’est moins un problème de sexualité que de paternité.

    Comment des parents hétérosexuels peuvent-ils engendrer des enfants homo-sexuels ? Problème profond surtout que la qualité première de Dieu qui, pour un Chrétien, c’est d’être père. Mais la procréation n’est-elle pas intimement liée à la sexualité ?

    Il faudrait y réfléchir.

  5. La direction asexuée

    L’église restreint la plupart des postes de direction aux prêtres. Ainsi aucune femme, mariée ou non, aucun homme marié ne peuvent être responsable de paroisse, faire une homélie, être nonce apostolique ou être électeur du pape. Ce n’est pas une question de sexualité. C’est purement la suite logique du fait de réserver certains pouvoirs aux prêtres. Et la nature même de ces pouvoirs n’a rien à voir avec la sexualité : faire une homélie ou diriger une paroisse n’a, en soi, aucune dimension sexuelle. L’exclusion de telle ou telle personne est une pure conséquence administrative.

    Ça, ce n’est pas un problème abyssal mais un simple nœud gordien administratif.

    Sauf que…

  6. Le magistère abstinent

    L’église lorsqu’elle se prononce officiellement sur des questions strictement sexuelles comme, par exemple, la contraception, l’homosexualité, l’avortement, elle le fait par des hommes célibataires et présumés hétérosexuels. Bien sûr, pour pouvoir se prononcer sur un sujet, il n’est pas nécessaire d’avoir soi-même exercé toutes les fonctions relatives à ce débat, que ce soit en matière de sexualité ou non. Sauf que dans ce cas-ci, la (quasi) totalité des personnes qui décident de règles à suivre, qui les rédigent et qui les administrent sont des personnes qui n’exercent pas ces fonctions.

    Là, il y a un problème. Comment un groupe peut-il bien comprendre les dimensions de la sexualité qu’aucune personne du groupe n’exerce ?

    Problème profond.

  7. Les divorcés eunuques

    L’Église permet à tout le monde, une fois le pardon obtenu, de communier. Mais, ce n’est pas le cas pour les divorcés qui se remarient. Deux époux peuvent se divorcer, puis se pardonner l’un l’autre, puis communier. Mais s’ils prennent le risque de l’amour conjugal pour une deuxième fois, ils ne peuvent plus communier. Ici, c’est clairement une question de sexualité. L’église précise même qu’un homme et une femme divorcés qui vivent ensemble « comme frère et sœur » peuvent communier. Ils ne peuvent pas s’ils ont des relations sexuelles. Enfin une question claire : ce n’est pas une question d’amour mais de sexualité.

    Mais si l’amour et la sexualité n’ont rien à voir ensemble, quel est le sens profond de la sexualité ?

    Problème abyssal.

  8. La famille vierge

    L’Église propose comme modèle de famille, celle de Joseph et de Marie. Elle insiste sur le fait qu’ils n’ont jamais eu de relations sexuelles. Marie est « La Sainte Vierge ». Elle serait demeurée vierge avant et après la naissance de Jésus. L’église l’affirme comme si l’intimité la plus profonde d’une femme était de compétence publique. Sans en faire la démonstration théologique, on laisse entendre que Marie aurait été moins pure, moins parfaite, si elle avait eu des relations sexuelles avec Joseph. Moi, je crois que la question est posée de travers : l’affirmation de la virginité de Marie n’est pas un discours sur la sexualité ni sur Marie mais une façon simple (et sans doute symbolique) d’exprimer que Jésus est bel et bien le Fils de Dieu.

    Sinon, on affirme que l’exercice de la sexualité rend quelqu’un moins parfait.

    Dilemme abyssal.

  9. Les saints célibataires

    L’Église a nommé une quantité importante de Saintes et de Saints pour nous les offrir comme modèles. Pourtant, je ne connais aucune personne mariée qui ait été déclarée sainte au cours du dernier siècle. Encore moins un couple marié. Sauf, comme Sainte Marguerite d’Youville (qui m’est, effectivement, une source d’inspiration), une femme devenue sainte malgré son mariage et non à cause de son mariage. Une étude approfondie risque de démontrer que ce n’est pas la sexualité qui est en cause ici mais le processus de canonisation qui favorise les personnes soutenues par des groupes bien organisés comme les communautés religieuses.

    Et là, évidemment, ça n’a rien à voir avec la sexualité.

    Est-ce qu’une évidence m’échappe ?

  10. Les pédophiles solitaires

    L’église condamne les agressions sexuelles commises par les prêtres ou des religieux (surtout des hommes) commis dans l’exercice de leur ministère, notamment les agressions pédophiles. Qu’elle l’ait fait avec moins d’insistance dans le passé ne me scandalise pas quand on sait que l’ensemble de la société gérait tout aussi mal les cas d’inceste, de pédophilie et même de viol. On comprend aussi qu’il y a probablement eu des agression dans les organismes sportifs, sociaux et éducatifs laïcs qui exercent leurs activités dans des contextes comparables à ceux des organismes d’Église. Mais y a-t-il des facteurs particuliers à l’Église qui ont favorisé les errements ? Comme le fait de n’avoir que des célibataires ensemble, ou qu’il n’y ait eu que des hommes ou que des femmes.

    L’église a vite fait d’écarter le contexte sexuel du questionnement sur les errements sexuels.

    Profond malaise.

Quand  je parle du magistère. je ne parle pas des nombreux prêtres, religieux et religieuses que j’ai fréquentés, que je fréquente encore et qui ont vécu leur célibat comme moi j’ai vécu mon mariage. Et aussi mon propre célibat, car je n’ai pas toujours été marié ! Je parle ici d’un véritable célibat et d’un véritable mariage, dépouillé d’une trop grande idéalisation, avec ses limites, ses contraintes mais aussi ses moments de grâce. Si une véritable amitié peut exister entre nous tous, c’est que nous assumons tous notre sexualité selon les circonstances et les engagements que nous avons pris. Évidemment, on pourrait dire qu’une amitié entre un homme marié et une religieuse, ou entre deux femmes mariées (de mariages différents) n’a rien à voir avec la sexualité. Mais alors, quel est le sens profond de la sexualité ?

Tant que l’église n’aura pas tenu un synode ou mieux un concile sur le sens profond de la sexualité chrétienne, avec des hommes et des femmes, célibataires et mariés, et même divorcés, hétérosexuels et homosexuels, jeunes fiancés sans enfant et grands-parents dans une proportion raisonnablement comparable au nombre de baptisés dans les mêmes situations, alors les vraies questions de sexualité ne seront pas abordés. Ce sont les cas de pédophilie qui occuperont les manchettes. Le malaise de la sexualité dans l’Église restera et ce malaise continuera d’éloigner nos enfants et nos petits-enfants de cette institution déconnectée. Désexualisée.

Et tant que nous resterons silencieux et éviterons de confronter les autorités de l’Église sur ces questions de sexualité, le problème demeurera abyssal.

Le scandale de la pédophilie est un Kairos, un moment-clé qui pourrait nous faire avancer. Mais ce sera peut-être un autre boisseau sous lequel nous cacherons la lumière.

Agressions sexuelles sur les enfants : le cas de l’Église de Belgique

Les allégations, accusations et condamnations de prêtres pour agressions sexuelles dans le monde catholique se sont multipliées au cours des dernières décennies. Afin de comprendre le phénomène, nous présentons ici le cas de l’Église belge qui  est particulièrement bien documentée en Français. Il y a notamment une commission gouvernementale qui a bien circonscrit la situation. Après bien des résistances et devant la multiplication des scandales, l’Église a finalement adopté une attitude acceptable. Mais tout est loin d’être réglé dans le monde catholique.

Protéger les enfants
© Serprix.com

La Belgique compte 11,3 millions d’habitants. Près de 75% de la population se dit catholique, mais, étonnamment, seuls 43% croit en Dieu. Durant les années 1990, une sordide affaire d’enlèvement, de séquestration, de tortures, d’agressions sexuelles et de meurtres sur des enfants, l’affaire Dutroux, avait traumatisé la société belge tout entière. Est-il besoin de dire que les premières allégations d’agressions sur des enfants par des clercs catholiques ont causé tout un émoi dans le Royaume.

Un prêtre catholique réagit

En 1992, un prêtre catholique, Rik Devillé, publie un livre, La Dernière Dictature – Plaidoyer pour une paroisse sans pape. Cela lui vaut un torrent de réactions et une pluie de plaintes à propos d’agressions sexuelles commises par des clercs lui sont transmises. Afin de donner suite à ses plaintes, il met sur pied le groupe Droits de l’homme dans l’Eglise. Le groupe a recueilli 427 signalements de 1992 à 2010. Les signalements ont été portés à la connaissance des Évêques et Supérieurs des communautés concernées par des rencontres, des communications téléphoniques et des courriels. La réponse de l’Église est lapidaire : nous prions pour eux. La riposte de l’Église : une poursuite pour diffamation et calomnies devant un tribunal civil où le groupe est acquitté et une poursuite devant un tribunal canonique où l’action est jugée non-fondée.

Une commission inter-diocésaine

Devant l’ampleur du phénomène en Belgique et ailleurs dans le monde, l’Église belge consent à mettre sur pied une Commission inter-diocésaine pour le traitement des plaintes pour abus sexuels commis dans l’exercice de relations pastorales. L’objectif officiel : « Admettre la matérialité des faits et de reconnaître le mal causé aux victimes en est une première étape. Éviter dans toute la mesure du possible la répétition de pareils faits en est la seconde. » L’objectif inavoué est : « obtenir des victimes leur pardon à l’endroit de leurs agresseurs ». La commission est présidée par l’ancienne magistrate Godelieve Halsberghe et entre en fonction en 2001. Mais, des désaccords se multiplient avec l’épiscopat. La présidente, notamment, juge nécessaire d’aborder la question des indemnisations. L’épiscopat refuse énergiquement de s’engager sur cette voie. Halsberghe démissionne, la commission est dissoute. Mais 33 plaintes ont été reçues. L’Épiscopat doit trouver une façon de leur donner suite et la conjoncture a évolué.

Une autre commission de l’Église

La Commission pour le traitement des plaintes d’abus sexuels dans une relation pastorale est instituée en 2010 et présidée par un pédopsychiatre indépendant, Peter Adriaenssens. Le modèle de la commission doit s’inspirer de la commission réconciliation mise sur pied en Afrique du Sud après la fin de l’apartheid. Le 30 mars 2010, ses statuts sont finalisés. En une seule semaine, la commission reçoit 120 signalements. Parmi celles-ci, il y a celle d’un neveu d’un Évêque qui porte plainte contre son oncle : l’Évêque de Bruges Mgr Roger Vangheluwe démissionne le 23 avril. D’autres agressions seront imputées plus tard à cet évêque, dont une avec un autre neveu et une commise avec la complicité d’un curé.

Le nombre de plaintes et la gravité des faits sont tels que le Ministère de la justice n’en peut plus. Des perquisitions sont lancées pour saisir les dossiers de la commission le 24 juin. C’est l’opération « Calice ». Les commissaires démissionnent le 28 juin. La commission aura duré 8 semaines. En septembre 2010, le professeur Adriaenssens publie néanmoins un rapport. Selon lui, « c’est le dossier Dutroux de l’Église », 124 témoignages à l’appui. Trop c’est trop. Le gouvernement belge décide d’intervenir.

Une commission parlementaire spéciale

Le 28 octobre 2010, la Chambre des Représentants de Belgique convoque une commission parlementaire spéciale pour évaluer la situation et formuler des recommandations. Elle porte le nom de « Commission spéciale relative au traitement d’abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d’autorité, en particulier au sein de l’Eglise ». Son rapport, publié en mars 2011 dressera un tableau étoffé de la situation et comptera 70 recommandations.

Un centre d’arbitrage

Parmi ces recommandations, il y a la mise sur pied d’un « Centre d’arbitrage en matière d’abus sexuels ». Après plusieurs mois de négociations et de réflexion, l’Église de Belgique accepte, en 2011, de participer à un mécanisme d’arbitrage qui permette enfin « aux victimes d’être reconnues dans leur statut, leurs souffrances, leur solitude et leur abandon ». Les victimes dont les faits sont prescrits pourront désormais obtenir « une réparation et le rétablissement dans leur dignité sous la forme d’une compensation financière, d’excuses, de reconnaissance de leur souffrance… ». De 2012 à 2017, Le centre a donné suite à 507 demandes. 3 millions d’euros ont été versés. La Suisse s’est inspirée de ce centre pour créer en 2016 une Commission Ecoute-Conciliation-Arbitrage-Réparation. L’Église a finalement mis en place une procédure de dénonciation de faits récents à la justice ou de collaboration avec des services d’aide à la jeunesse.

L’attitude de l’Église catholique romaine

Rik Devillé, prêtre catholique a témoigné devant la Commission spéciale. Selon lui, l’attitude de l’Église est « scandaleuse » en prenant pour preuve une lettre du Vatican où il est écrit : « Rome considère qu’il vaut mieux aller en prison que de dénoncer un prêtre ». Il en conclu’un « sentiment de supériorité s’est développé dans l’Église autour de la fonction de prêtre » et que pour l’Église, être « violé par un prêtre n’est pas la même chose que d’être violé par un boucher par exemple… L’idéologie catholique veut que le prêtre soit une personne unique en qui l’on doit avoir croyance et confiance. »

Un autre prêtre catholique, un américain, Thomas Doyle, est venu témoigné devant la Commission spéciale. Selon ses propos, rapportés dans le rapport de la Commission, il y a eu « un privilège de juridiction qui existait au Moyen-âge et qui prévoyait une justice à part pour le clergé. Si ce privilège n’est évidemment plus applicable aujourd’hui, l’attitude et les mentalités, qu’il a créées, perdurent chez les autorités catholiques. » Il ajoute : « Il existe de trop nombreux témoignages authentifiés de victimes ayant été sérieusement intimidées par les autorités ecclésiastiques, en vue de passer les faits sous silence, et que dès lors, même si le document (De delictis gravioribus) n’était pas connu, la culture du silence de l’Église travaillait et tendait vers le même objectif. » Selon un collectif de jeunes journalistes indépendants qui a publié un livre, Église, la mécanique du silence, « Rien n’a vraiment bougé jusqu’en 2016 » du côté de l’Église catholique.

La suite…

Si la situation a finit par se régulariser en Belgique, c’est loin d’être la cas ailleurs dans le monde. L’Église catholique a été ainsi le sujet d’étude de plusieurs commissions publiques d’enquête et elle a fait l’objet de poursuites criminelles et civiles un peu partout dans le monde catholique : Irlande, Pays-Bas, Australie, États-Unis, Suisse… Des centaines de religieux ont été écroués et condamnés. Selon les diverses études, rapports et sondages, on estime de 5 % à 10 % la proportion de clercs qui se seraient livrés à des agressions sexuelles à travers le monde. Le Vatican et le Pape lui-même font l’objet de poursuites judiciaires. Ainsi, La Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) de Strasbourg, a jugé recevable la plainte de plusieurs dizaines de victimes belges pour abus sexuels commis au sein de l’Eglise. La procédure est une « action collective intentée à l’encontre des évêques de Belgique et du Saint-Siège ».

Au Québec, les victimes ont pour recours… leurs avocats qui affrontent les avocats de l’Église.

Le Ramadan d’un prêtre québécois

N.D.L.R. Jean-Pierre Langlois, membre du Forum André Naud, prêtre, est parti à l’automne 2016 pour 3 ans en mission à Tamanrasset, au sud de l’Algérie et à la porte du Sahara. Jean-Pierre Langlois a transmis cette correspondance.

Mon premier Ramadan

D’abord, la théorie… il est instructif de connaître ce que signifie le ramadan et comment la population tente de le vivre…

L’islam professe un Dieu unique, appelé Allah. Il s’agit d’un monothéisme absolu. L’unicité de Dieu est le socle fondamental de l’islam.

Pour devenir musulman, il faut professer sa foi. C’est le premier et le plus important des cinq piliers de l’islam. La profession de foi (en arabe : chahada) consiste à prononcer une formule : « Il n’est de dieu que Dieu (Allah) et Mohamed est son prophète. »

Parmi ces différentes obligations cultuelles majeures de l’islam, stipulées dans le Coran et attestées par la tradition musulmane, il y a aussi le jeûne du Ramadan (ou sawn). Le jeûne dure un peu avant l’aube et s’achève après le crépuscule, au moment de la première prière du soir, durant les 29 ou 30 jours du 9e mois lunaire du calendrier musulman.

Le Ramadan a commencé en 2017 le 27 mai et se terminera le 24 juin. Le jeûne consiste à s’abstenir de manger, de boire , de fumer et d’avoir des relations sexuelles, mais aussi de s’interdire de jurer et de se livrer à la violence. C’est un temps de prière, de recueillement et de lecture du Coran.

Chaque soir, la rupture du jeûne se déroule dans une atmosphère festive. À la nouvelle lune suivante, le mois de Ramadan s’achève avec la fête de l’Aïd al-Fitr, journée fériée dans tous les pays musulmans et première journée de retour à la normale.

Pierre Claverie écrit à ce sujet : « Par sa rigueur, il est le rappel d’une nécessaire ascèse dans l’usage des biens de ce monde et d’une participation volontaire aux souffrances de ceux qui ont faim et dont il faut garder le souci. Temps, de mise en disponibilité pour Dieu, […] mais aussi occasion d’une intense vie familiale et sociale, ce mois de ramadan est vécu collectivement comme un mois pour Dieu et pour la communauté ». (Petite introduction à l’islam. Cerf,2000.pp. 57-58)

Ensuite, voici mon inexpérience du ramadan…

Car je dois avouer tout de suite que je ne connais rien de cette expérience spirituelle et matérielle, ou si peu. Un étranger, par la langue, la culture, la religion, peut-il se fier à ses impressions, ou à quelques manifestations extérieures qu’il a perçues ? Doit-il raconter cela comme vérité, ou même vraisemblance ?

Cela a commencé à mon retour de l’Assekrem. Sur la piste cahoteuse, tout à coup, vers 14 heure, le chauffeur s’arrête en plein désert, et s’en va tranquillement de l’autre côté de la piste pour faire sa prière du milieu du jour, en se prosternant. Nul doute, ces jeunes musulmans sont sincères. Il n’y a pas âme qui vive pour les amener à prier là-bas.

Alors que d’habitude la journée commence tôt, pas longtemps après l’appel du muezzin – autour de 4 heures 30 ou au plus tard 5 heures le matin -, c’est presque le contraire durant le ramadan. Comme les gens doivent jeûner à partir de l’aube, qui correspond plus ou moins à cet appel, il se dépêche de manger et après le bref moment de la prière, s’en vont se coucher. On pourrait presque dire que la population vit la nuit, et dort durant la journée.

Presque… car il faut bien avoir de quoi vivre, et pour cela il faut aller travailler. Imaginez votre travail, et même faire à manger pour préparer le repas du soir qui sera la rupture du jeûne, avec toute sorte de petites douceurs, sans boire ni manger. Pour moi, ne pas boire de l’aube au coucher du soleil en ces jours de grande chaleur serait très difficile, voire presque impossible.

D’ailleurs on ne demande à personne s’il a bien jeûné selon les normes. Inconvenant et indiscret, mais aussi bien peu compatissant ! Imaginez maintenant les grands adolescents qui voudraient bien faire comme les adultes, mais qui viennent bouffer dans le frigo à toute heure du jour, pour ne pas dire jour et nuit !
La douche
Je lisais dernièrement qu’au Pakistan, il y a une vague de chaleur extrême, probablement précédant la mousson. Jusqu’à 45-47 degrés Celsius ! On ne travaille qu’une demi-journée, on s’asperge d’eau sur la tête pour tenir le coup, ou on va se mettre sous une sorte de douche improvisée pour poursuivre de son mieux le travail.

Il n’est pas étonnant de croiser des vendeurs sur la rue en train de bailler ou de s’endormir, de se traîner les pieds ou carrément d’être amorphes. Je suis allé acheter du pain hier : le dépositaire était étendu dans l’arrière boutique, il m’a vu et, au lieu de se lever, de son lit improvisé, m’a fait signe de me servir moi-même et de venir lui apporter l’argent correspondant à mon achat !

Mais quand arrive la fin de l’après-midi, l’effervescence renaît. Les gens pour s’acheter de quoi rompre le jeûne pour leur famille et, possiblement, pour leurs amis ou invités de marque. Les magasins ouvrent grandes leurs portes, les gens se bousculent ou deviennent impatients plutôt qu’indolents, les bouchons de circulation se créent et les coups de klaxon se font entendre, car tout devrait être prêt pour le premier appel à la prière su soir. Cela se passe vers 19 heures 30 ces jours-ci, qui représentent, vous l’aurez noté, les jours les plus longs de l’année.

En famille, on se réunit pour rompre le jeûne en commençant par manger quelques dattes et boire du lait. C’est délicieux, nourrissant, et permet ensuite de se rendre quelques instants au lieu de prière de la maison ou à la mosquée. C’est ce qu’on appelle le « ftour » ou « iftar », la rupture du jeûne. En temps habituel, cela désigne plutôt le petit déjeuner. Mais n’est-ce pas aussi le moment où l’on rompt le jeûne de la nuit précédente ?
ftour ou rupture du jeûne
Puis, après la prière, on se met à table pour les choses sérieuses : une soupe, souvent de blés verts écrasés, un couscous de légumes et/ou de viande, une salade, du pain, et du dessert (la plupart du temps des fruits de saison, actuellement des pastèques et des melons). Du thé, 3 petits verres de thé avec de la mousse, ou une tisane termine ce repas. J’ai eu l’occasion de vivre à quatre reprises cette rupture du jeûne chez des amis musulmans des Petits Frères et Petite Sœur. J’ai pu observer un peu ce qui s’y passe.

Dans la rue, les jeunes déambulent durant la nuit; d’autres se rendent à la mosquée pour relire et psalmodier le Coran. Cela peut durer presque 2 heures, voire la nuit entière lors de la grande Nuit du Destin où l’on célèbre la révélation faite à Mohammed de cette Parole même de Dieu au monde. Et pour être certain que tous en profitent, les haut-parleurs des mosquées se répondent à qui mieux mieux.

On se préparera finalement à prendre un autre repas et à bien s’hydrater avant l’appel à la prière de l’aube suivante. Ainsi de suite durant les 29 ou 30 jours du mois lunaire du ramadan.

La conclusion de cet événement annuel, où la vie est chamboulée, est l’Aïd el-Fitr. Jour de festivités, jour où la communauté musulmane, l’Umma, se met au diapason de sa foi et de sa vie collective. Les croyants se rassembleront en plein air au petit matin.
Prière musulmane
Est-ce à dire que tous s’y engagent profondément ? Que tous vivent le ramadan en profondeur, en vérité ? Autant demander si tous les chrétiens sont des croyants mystiques, des témoins fidèles, des personnes engagées dans leur vie de foi !

Mais la foi musulmane a forgé ces rites et en a tellement imprégné la population que les pays musulmans ont ajusté leur vie à cette réalité. Il serait donc inconvenant et bien indélicat de manger en plein jour à l’extérieur de nos maisons, de s’abreuver devant tout le monde en ingurgitant nos bouteilles d’eau tout en marchant dans la rue.

Pour ce qui est des intentions et du cœur, seuls des liens bien plus amicaux et anciens que ceux que je commence à tisser pourraient en témoigner réellement. Si certains d’entre vous s’y intéressent, je vous recommande un texte écrit par un Petit Frère de Jésus vivant en Algérie depuis toujours, et qui nous présente une plus grande diversité de réactions devant le ramadan qu’on pourrait le supposer à première vue. Je vous le transmets en même temps que mon écrit.

Décadence : comment faire peur au monde

L’évocation du « bon vieux temps » par les plus âgés suscitent parfois des jugements associant le mode de vie contemporain à une décadence. Deux livres, deux approches culturelles tentent de cerner la décadence contemporaine. Le premier, écrit par un Français, Michel Onfray, décrète la fin de la civilisation Judéo-Chrétienne. Le deuxième, d’un Québécois, Manuel Dorion-Soulié, décrit la mission que se sont donnés les néo-conservateurs américain pour sauver leur « empire » de la décadence.

Décadence de Michel OnfrayMichel Onfray, philosophe polémiste français, décrète que « l’Occident est en phase terminale ». Son « Occident » est cependant circonscrit à l’Europe et le Judéo-Christianisme qu’il évoque est celui de l’Église Catholique. Notre civilisation, dit-il, succombe sous les assauts des deux barbarismes : « le sanglant songe califat des terroristes, d’un côté ; le rêve scientiste et glacé de la posthumanité, de l’autre ». La chroniqueuse Marie Lemonier de l’Obs, à la lecture de ce livre, dit de Michel Onfray « qu’après avoir été hédoniste et vitaliste, le voilà décliniste ». Elle en conclue que de philosophe de gauche, Onfray est devenu une « scie réactionnaire ». La chroniqueuse reconnaît l’érudition de l’auteur, mais elle met en doute la qualité des sources qui ont inspiré l’ouvrage.

À propos de l’ouvrage d’Onfray, Henri Tincq, spécialiste des questions religieuses à la Croix et au Monde de 1985 à 2008, est encore moins complaisant en parlant du «  regard partial et partiel porté sur l’histoire chrétienne par le philosophe athée  ». Le journaliste y va d’un charge à fond de train dans sa chronique, en relevant contre-vérités et mensonges. Il  reproche à l’auteur de ne pas tenir compte de la portée du concile Vatican II sur l’orientation actuelle de l’Église Catholique. Il en conclue que : « les parti pris du philosophe, sa haine de l’Église, la partialité de son analyse historique menacent, sinon la pertinence de son livre, au moins la crédibilité de sa thèse. »

Titre: Décadence
Auteur: Michel Onfray
Année de publication: 10 janvier 2017
Maison d’édition: Flammarion
ISBN: 9782081399204
Format : Epub, papier
Prix: Epub : 26,99 $, papier :  36,95

Décadence des néo-conservateurs américainsDans « Décadence, empire et guerre. Le militarisme moralisateur des néoconservateurs américains », Manuel Dorion-Soulié aborde la question sous un tout autre angle. C’est plutôt le compte-rendu d’une enquête fouillée sur le « néo-conservatisme américain » qu’il nous livre. Selon Louis Cornellier, du Devoir, l’auteur constate que si tous les dirigeants américains ont mené une « politique étrangère impériale », les néo-conservateurs   vont plus loin  en prétendant que « l’expansionnisme impérial… vise le maintien de l’armature morale des citoyens ».

Le néo-conservatisme serait né du traumatisme provoqué par « l’émergence de la Nouvelle Gauche contre-culturelle, individualiste, féministe, pacifiste et hédoniste. » Cornellier retient de la conclusion de Dorion-Soulié sur les néo-conservateurs américains que « leur projet impérial belliciste trahit même l’esprit républicain américain de liberté, menacé par le militarisme. Souvent brillants, ces penseurs n’en demeurent pas moins dangereux. » Manuel Dorion-Soulié est un chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec.

Titre: Décadence, empire et guerre : le militarisme moralisateur des néoconservateurs américains
Auteur: Manuel Dorion-Soulié
Année de publication: 10 janvier 2017
Maison d’édition: Athéna
ISBN: 9782924142363
Format : Papier
Prix: 24,95 $